La construction d’une maison neuve en 10 étapes

La construction d’une maison neuve en 10 étapes

Beaucoup de Français rêvent de vivre dans une maison neuve et ils sont nombreux à entamer ce processus et faire construire leur future demeure. Mais ils ne sont pas si nombreux à savoir ce qu’ils font. C’est un processus lourd qui requiert du temps et de l’attention. Voici les 10 points à retenir en priorité.

Etape 1 : Préparer votre budget en conséquence

On ne peut jamais prévoir à 100% combien d’argent peut coûter la construction d’une maison neuve. Entre le prix du terrain, des éventuels aménagements, de la construction, des intermédiaires à rémunérer, il y a de quoi faire. Ce prix peut aussi varier selon la nature du terrain : si vous avez choisi un lotissement, vous devrez vous charger de l’évacuation des terres excédentaires tandis qu’avec un terrain isolé, vous dépenserez davantage pour viabiliser votre terrain. Prévoyez donc toujours une marge quelque soit votre budget, s’il est personnel ou s’il provient d’un prêt accordé par votre banque. Rappelons que la banque exige un taux d’endettement de 33% maximum et que ce prêt engage d’autres dépenses comme l’instruction du dossier bancaire.

Élaborez donc un plan de financement, consultez plusieurs organismes de crédit pour trouver le financement qui vous correspond davantage. Comparez les offres et négociez-les.

Etape 2 : Réfléchir au bon emplacement

Cela va sans dire mais il faut savoir où on veut vivre. On peut avoir un bon appartement mais avec un voisinage envahissant et un environnement peu séduisant. Il convient donc de bien choisir l’endroit où vous comptez vous installer. Déjà du point de vue du confort au quotidien mais également du point de vue pratique. Il faut que l’emplacement soit proche du lieu de travail, des écoles, des transports en commun, etc. Le tout avec un prix abordable, lequel a tendance à varier selon les régions. Bien évidemment le terrain coûtera plus cher en Île de France et en ville qu’en province et en pleine campagne.

Pour trouver cet emplacement, les moyens ne manquent pas. Constructeurs de maisons neuves, notaires, agences immobilières ou mairies sont autant d’interlocuteurs désignés pour vous aider dans cette tâche. Les petites annonces sont également là pour vous. Les agents immobiliers disposent d’un mandat et peuvent démarcher à votre place, le notaire vous accompagnera pour la négociation.

Etape 3 : Choisir le bon terrain et bien le contrôler

Choisir le bon emplacement ne suffit pas pour trouver le terrain idéal. Il faut à tout prix qu’il s’agisse d’un terrain constructible, autrement dit apte techniquement et légalement à accueillir une construction. Il faut aussi qu’il soit viable ou apte à l’être, c’est à dire relié aux réseaux d’eau, d’électricité ou de gaz. S’il n’est pas viabilisé, il faudra assumer les coûts des travaux, qui sont estimés entre 5000 et 15000 euros.

Une fois que vous avez fixé sa localisation, il s’agit de savoir si vous préférez un terrain isolé ou faisant partie d’un lotissement. Le premier vous laisse plus de libertés mais n’offre aucune garantie quant à la viabilité ou la constructibilité de l’ensemble. Le second vous facilite la vie à ce sujet mais propose davantage de contraintes. C’est donc à vous de choisir. Dans tous les cas, le terrain idéal est celui qui fait le lien entre ce que vous voulez obtenir et ce que vous pouvez obtenir.

N’hésitez pas à contrôler ce terrain de plus près pour vous assurer de sa qualité. Vous pouvez consulter un géologue afin qu’il étudie le sous-sol, histoire d’éviter de mauvaises surprises à ce sujet une fois installé. Un terrain constructible ne veut pas obligatoirement dire un terrain au sol adéquat. Selon votre construction, le sol pourrait moins bien supporter votre maison ou rendre la construction plus coûteuse. De plus, il faut respecter les règles en vigueur imposées par la commune. Vous en prendrez connaissance en consultant le Plan Local d’Urbanisme et le certificat d’urbanisme sur demande à la mairie.

Etape 4 : Préparez au mieux votre projet de construction

Une fois ces détails réglés, vous pouvez élaborer le plan de votre future maison. Il est généralement conseillé d’opter pour une maison classique car occupant moins d’espace et suivant un plan rectangulaire ou carré. Cela vous reviendra moins cher.

A l’inverse, une maison plus originale en U ou en L prendra plus de place, sera plus complexe à monter et reviendra plus cher. Après, si votre budget vous l’autorise, profitez-en pour explorer de nouvelles pistes. Vous pouvez ainsi faire appel à un architecte, ce qui sera obligatoire si la superficie dépasse la limite de 170 m². Pensez sinon à l’orientation de votre maison car elle détermine le niveau de lumière pour chaque pièce et joue un rôle dans votre consommation d’énergie. L’agencement des pièces doit également être bien réfléchi.

Etape 5 : Choisissez les bons matériaux

Les matériaux jouent un grand rôle et il faut les choisir avec soin. Vous pouvez vous tourner vers le béton, en bloc ou en parpaing, qui représente une solution économique et durable. La brique est elle plus chère mais propose de meilleures performances en matière d’énergie. Les constructions en bois et acier sont aussi appréciées pour ce paramètre. D’autres solutions plus écologiques et originales existent comme les parpaings de bois, les bottes de paille ou le béton de chanvre. Pour le toit, vous pouvez choisir entre la tuile (plus répandue et solide), l’ardoise (esthétique mais coûteuse) et la chaume (très bonne isolation). Il existe aussi des toitures « végétalisées » mais qui ne sont pas autorisées partout. Les matériaux des ouvertures sont aussi à prendre en compte avec des fenêtres en PVC, en aluminium ou en bois.

Etape 6 : Détenir le permis de construire

Pour obtenir votre nouvelle maison, il conviendra fort logiquement d’entamer des démarches pour obtenir un permis de construire. Sachez que vous ne pourrez pas commencer les travaux sans avoir reçu ce fameux permis. Il s’agit de compléter un dossier qui renseigne sur votre projet et que vous envoyez par lettre recommandée à la mairie de la commune où vous comptez vous installer. Le délai d’instruction est estimé à deux mois à partir de la réception du dossier et la mairie a un mois pour vous avertir d’un dossier incomplet. Sans réponse au bout de deux mois, vous disposez d’un permis de construire tacite. En cas de refus, vous devrez vous adresser à la mairie ou engager une procédure judiciaire.

Le permis est valable 3 ans mais vous devez adresser une déclaration de fin de travaux une fois votre chantier achevé.

Etape 7 : S’adresser au bon interlocuteur

Il existe plusieurs chemins possibles pour construire sa maison neuve. Vous pouvez vous charger de l’ensemble des travaux et ainsi opter pour la voie de l’auto-construction. C’est une solution qui vous permet de grandes économies et d’obtenir la maison que vous souhaitez. Après, il faut bien connaître son sujet en matière de bricolage et avoir beaucoup de temps devant soi. Sinon, vous pouvez confier cette tâche à un professionnel. Vous avez le choix entre un architecte, un maître d’œuvre ou un constructeur. Avec un architecte ou un maître d’œuvre, vous avez une plus grande marge de manœuvre avec une possibilité de davantage personnaliser votre projet mais cela vous reviendra plus cher et avec moins de garanties.

Le constructeur est généralement l’interlocuteur privilégié par la plupart des futurs propriétaires car si la personnalisation est plus limitée, ses tarifs sont plus abordables et transparents et offrent une meilleure garantie. Ainsi, assurez-vous que le constructeur auquel vous vous adressez ait une bonne réputation, une bonne expérience et une bonne assurance. Un bon constructeur doit avoir souscrit à une assurance professionnelle et obtenu une caution financière.

Etape 8 : Privilégiez le contrat individuel

La construction d’une maison neuve engage tout un ensemble de paramètres à maîtriser. Le constructeur (ou l’architecte) doit prendre en compte le terrain, le plan de la maison, les délais de livraison, le coût de l’ensemble, etc. Or il arrive que certains constructeurs n’aient pas les reins assez solides et ne parviennent pas à livrer la maison à temps, à respecter les prérogatives de départ, parfois même jusqu’à laisser le chantier en plan.

C’est pour cela qu’il est vivement conseillé de s’adresser à un constructeur qui propose le le contrat de construction de maison individuelle (CCMI). Ce contrat fait justement mention des paramètres en question et permet une bien meilleure transparence. Le futur propriétaire saura donc le coût de sa maison, comment la payer, quand elle sera livrée et ce qui est prévu en cas de retard. Vous disposez d’un délai de réflexion de 7 jours avant de signer le contrat.

Etape 9 : Gardez un œil sur le chantier

Même si vous confiez votre chantier à un professionnel reconnu, gardez un œil sur l’évolution des travaux afin de vous assurer que tout avance dans les temps et dans le respect de votre projet :les matériaux utilisés et leur qualité, le positionnement des cloisons, etc. Prenez garde aussi aux éventuels défauts et malfaçons. Il se peut par exemple que vous repériez l’un ou l’autre défaut qui remettrait en cause votre confort au quotidien une fois installé. N’hésitez donc pas à prendre des photos. Pensez aussi que des travaux trop précipités aboutiront à un résultat bâclé qui pourra se retourner contre vous. Des travaux plus lents ne sont pas nécessairement un problème si votre contrat spécifie des pénalités à l’attention du constructeur, au cas où celui-ci ne respecte pas les délais signés.

Une fois la maison livrée, vérifiez bien entendu qu’elle est conforme à vos demandes. Vous pouvez demander à un expert de vous assister dans cette inspection car certains détails pourraient vous échapper. Sans expert, vous avez un délai de huit jours pour votre inspection.

Etape 10 : Prenez une assurance pour votre maison

Ce n’est pas parce que la maison est achevée et livrée que vous êtes totalement à l’abri. Si tout peut se passer comme prévu durant les travaux, des problèmes peuvent toujours survenir, qu’ils soient prévisibles ou non. Vous devez vous assurer afin d’être couvert face à ces problèmes. Le Contrat de Construction de Maisons Individuelles prévoit justement plusieurs garanties. La garantie décennale (10 ans) vous assure face aux dommages mettant à mal la structure de votre habitation. La garantie de parfait achèvement vous couvre pour les malfaçons durant les 12 mois suivant les travaux. La garantie biennale s’occupe elle du remplacement des équipements pendant deux ans.

N’oubliez pas que durant la construction de la maison, vous devez avoir souscrit à la garantie dommages-ouvrage afin d’être couvert pour les dommages éventuels subis durant les travaux.

En résumé :


- Préparez votre projet et votre budget minutieusement
- Choisissez le bon terrain et les bons interlocuteurs
- Assurez vos arrières pendant la construction et après celle-ci