Maison écologique

Maison écologique

Calculatrice pour estimer le prix de votre
maison écologique

Le mode de vie et la manière dont nous construisons nos maisons ont un impact considérable sur l’environnement et notre bien-être. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est judicieux de bien réfléchir au choix de son habitat, ce n’est pas seulement un simple concept de construction durable ou de respect de l’environnement, mais une nécessité qui semble s’imposer au vu des ressources disponibles actuellement. Une maison écologique offre des meilleures performances énergétiques grâce à une isolation efficace et l’utilisation d’énergie renouvelable, une réduction considérable sur votre facture électrique jusqu’à 50%.

Le choix du style constructif de la maison écologique

Il existe plusieurs types de maisons écologiques qui permettent de réduire la consommation d’énergie et de limiter l’impact environnemental. Voici quelques concepts architecturaux traditionnellement usités en éco-construction :

La maison enterrée / semi-enterrée
L’une des particularités de la maison enterrée / semi-enterrée est qu’on peut construire sur tout type de terrain. Elle s’adapte à des zones accidentées où il est difficile de construire d’autres types d’habitations. Ici, pas besoin d’isolation puisqu’une partie de la maison est sous terre, ce qui offrira une température ambiante en hiver comme en été grâce à une auto-régulation. Une autre spécificité de la maison écologique enterrée / semi-enterrée est qu’elle s’intègre harmonieusement avec le paysage.
Demandez un devis à nos constructeurs.

La maison ossature bois
La maison ossature bois (MOB) est un type de construction qui vient des États-Unis. Il s’agit d’une construction avec des montants verticaux en bois qui reposent sur une poutre en bois communément appelée semelle. Ce système de construction permet de respecter plus facilement les normes écologiques. Elle est prisée par son aspect esthétique, la diversité des formes architecturales et la rapidité d’exécution des travaux de construction, ce qui permet de réduire les coûts de construction. (voir notre article)

Maison bioclimatique
La maison bioclimatique est une maison écologique dont les besoins en énergie sont extrêmes minimes voire proches de zéro. C’est une maison qui prend en compte l’environnement sur lequel il est situé en maximisant l’utilisation des sources d’énergie naturelle comme les rayons solaires. Sa conception prend ainsi en compte sa position face aux mouvements du soleil, été comme hiver. L’utilisation de matériaux écologiques comme le bois et le chanvre lui confère une place de choix en éco-construction.

Maison recyclée
Vivre et avoir un cadre de vie agréable et confortable dans une maison construite avec des matériaux recyclés, c’est possible ! Le principe est de récupérer le maximum de matériaux habituellement jeté pour leur donner une seconde vie : bouteilles, palettes, plastique, papier-carton, métal… . L’avantage de ce type de maison écologique est son coût assez faible puisque les matériaux sont récupérés à proximité. Les maisons autonomes Earthship (inventée par Michael Reynolds) à base de pneus recyclés et de canette métalliques, ou les maisons Earthbag à base des sacs de sable ou de terre, adoptent ce même principe écologique de construction.

Maison passive
La maison passive est une norme de construction, créé par le label allemand PassivHaus, qui doit être économe en énergie, confortable et abordable dans le même temps. Une maison passive est plus qu’un bâtiment basse énergie : elle permet pour le chauffage jusqu’à 90% d’économie d’énergie par rapport à la construction typique et plus de 75% par rapport à la moyenne des constructions actuelles. Son architecture est basée sur les principes bioclimatiques ci-dessus, avec un soin particulier pour l’isolation et l’étanchéité pour obtenir ces gains de consommation.
Trouvez un constructeur en maison passive ici

Maison positive ou maison Bepos
La maison positive encore appelée Bepos (bâtiment à énergie positive) est une maison écologique qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme pour son fonctionnement. En plus d’une bonne isolation pour éviter les dispersions de chaleur, c’est une maison dont tous les éléments constitutifs (murs, toiture, fenêtres, balcons, …) sont mis à profit pour accumuler et restituer de la chaleur ou produire de l’électricité, comme avec l’énergie photovoltaïque Ainsi, la production d’énergie produite lissée sur une année doit dépasser les besoins annuels pour la maison.

Le choix des matériaux

Le choix des matériaux est un élément important dans la construction des habitations écologiques. En fonction du choix du type de matériau, on pourra alors définir si une maison respecte les normes écologiques ou pas.

Les matériaux biosourcés
Les matériaux biosourcés doivent répondre à plusieurs critères environnementaux (sources naturelles, matériaux sains et recyclables) aux performances techniques identiques voire supérieures aux matériaux traditionnels. Ils proviennent souvent de la biomasse d’origine végétale (bois, fibres, paille, ouate de cellulose… ), animale (plumes et laines) ou naturelle comme la terre crue. Ces éco-matériaux doivent être exempts de produits chimiques comme la colle ou la peinture. Les matériaux biosourcés constituent l’une des solutions les plus écologiques pour une habitation durable.

Les matériaux recyclés
Dans un monde où la production des déchets est de plus en plus importante, il devient difficile de mettre en place des installations de stockage de déchets. La solution du recyclage permet de réutiliser des objets souvent non biodégradables. L’astuce est de pouvoir réussir à assembler des objets recyclés pour construire des maisons avec des emballages ménagers, des matériaux trouvés sur d’anciennes maisons (pierres, poutres, carrelages, …), d’anciens outillages et ameublements industriels ou agricoles, des palettes en bois, ... On peut ainsi réaliser des maisons, qui parfois, n’ont rien à envier aux constructions traditionnelles en termes de cadre de vie.

Des matériaux sains
Vivre dans une maison durable et écologique est désormais possible. Mais encore faut-il que les matériaux utilisés aient un faible impact sur la santé. Les matériaux sains doivent contribuer non seulement à la qualité de l’air à l’intérieur (de par leur origine garantie) mais également à diminuer l’impact des ondes, responsable de nombreux troubles chez les personnes électrohypersensibles. L’étiquette énergie des matériaux peut vous aider à connaître la qualité des matériaux.

Une isolation renforcée
Construire une habitation écologique suppose une faible déperdition thermique. Cela passe naturellement par une isolation renforcée des murs et de la toiture, mais aussi par les fenêtres. Les façades vitrées offrent dans la plupart des maisons contemporaines une bonne aération en été, mais sont de bons conducteurs de chaleur et de piètres isolants. Il est donc nécessaire d’utiliser du vitrage à isolation renforcée (VIR) qui va améliorer les performances isolantes tout en maintenant intacte la luminosité.

Le choix des équipements

Une maison écologique ne se définit pas seulement par sa conception et ses matériaux, mais aussi par les équipements qui la compose. Et ces équipements doivent garantir une faible consommation d’énergie et éventuellement une production d’énergie grâce aux énergies renouvelables.

Le chauffage
Comme le dit l’adage, l’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas. Or d’après l’étude Ademe « Chiffres clés climat, air & énergie », le chauffage est la principale (67%) dépense d’énergie dans un logement. Dans une maison parfaitement isolée dont l’étanchéité a été soigneusement conçue et dans laquelle les apports solaires sont ingénieusement utilisés, nul besoin d’un système de chauffage ultra-performant. Un puits canadien ou climatique ou un poêle à bois bien situé dans la maison, peuvent faire l’affaire pour apporter quelques calories supplémentaires ! Cependant, si vous vous trouvez dans des régions habituellement soumises à de faibles températures l’hiver, on peut imaginer coupler une pompe à chaleur à une VMC double flux comme complément de chauffage pendant les saisons froides.

La ventilation naturelle
La ventilation naturelle consiste à créer des courants d’air à l’intérieur des pièces en utilisant le vent et le tirage thermique. On a recours à la technique de ventilation traversante qui grâce à l’échange thermique va faire pénétrer l’air frais depuis les entrées d’air en bas des murs et évacuer la chaleur via des petites ouvertures en haut des pièces. Cette conception demande de grandes compétences thermiques et architecturales pour bien placer ces ouvertures en fonction des vents dominants et du positionnement du soleil.

L’autoconsommation
Comment réduire considérablement sa consommation d’énergie ? En produisant soi-même ses sources d’énergie ! Pour y parvenir, on peut utiliser les systèmes d’énergie renouvelables comme les panneaux solaires, la géothermie ou l’énergie éolienne… Mais l’autoconsommation va plus loin que la consommation d’énergie, c’est aussi cultiver ses propres fruits et légumes, récupérer l’eau de pluie, et recycler les eaux usées pour le jardin ou les toilettes.

L’éclairage (led)
Même en produisant ses propres sources d’énergie, il faut penser à installer des systèmes d’éclairages de faible consommation. L’éclairage (led) utilise des ampoules basse consommation et durent 8 à 10 fois plus longtemps tout en consommant 4 à 5 fois moins d’énergie. Ce type d’éclairage est donc plus économique en énergie, s’allume instantanément et apporte même une valeur esthétique.

L’assainissement autonome (phyto-épuration)
Une maison qui se veut éco-responsable doit se soucier du traitement des eaux usées. Au lieu d‘avoir recours à une fosse septique dont les normes sont de plus en plus sévères, il existe une alternative plus naturelle : la phyto-épuration. Cela consiste à installer un jardin d’assainissement des eaux usées grâce un filtrage successif par les plantes. Un système écologique naturel et sans entretien.

La récupération de l’eau
Il ne suffit pas de disposer d’une habitation écologique, il faut également adopter des gestes citoyens pour l’environnement. Alors que le coût de l’eau augmente, installer un système de récupération d’eau est plus qu’une simple attitude d’utilisation des ressources renouvelables, vous faites des économies substantielles. De plus, vous aurez toujours à portée de main de l’eau lors des restrictions préfectorales ! Attention toutefois à bien fermer hermétiquement les cuves qui sont des sources de développement d’insectes, comme les moustiques notamment.

Le compostage
Un autre geste de respect de l’environnement réside dans le traitement et le tri des déchets organiques qu’on produit. Le compostage est une technique de transformation de déchets grâce aux micro-organismes et les vers de terre. Le compost ainsi obtenu peut être réutilisé comme engrais pour le jardinage. Pour cela, vous devez faire un petit investissement dans l’achat d’un composteur et surtout penser à trier vos déchets végétaux (alimentation et jardin).

Les réglementations thermiques en cours et à venir

Le respect des normes thermiques pour une construction est réglementé en France par des lois. Cette loi prévoit des dispositions pour réduire les consommations d’énergie. La loi en vigueur actuellement est la réglementation thermique 2012 dite RT 2012 entrée en vigueur le 1er janvier 2013. Elle spécifie qu’une maison doit avoir une consommation évaluée maximale à 50 kWhep/m2/an, ce qui est trois fois moins que le niveau de consommation imposé par la réglementation précédente, la RT 2005.

Une prochaine loi, la Réglementation Thermique 2020 appelée également RBR 2020, en cours de préparation, ira plus loin : rendre obligatoire le principe de basse consommation d’énergie à tous les types de bâtiments et permettre aux maisons qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment de revendre le surplus. Des négociations sont en cours pour imposer l’utilisation de matériaux à bilan carbone moins impactant pour l’environnement. Pour l’instant aucune date de l’entrée en vigueur de cette nouvelle loi, qui se rapproche des normes des bâtiments à énergie positive (Bepos), n’a été annoncée.

Avantages et inconvénients de la maison écologique

Faire le choix d’une maison durable, c’est prendre le soin d’investir dans une habitation qui va préserver son bien-être. Une maison écologique est une maison plus saine qui offre des bénéfices individuels et financiers :

La santé : plusieurs études ont prouvé l’impact sur la qualité de l’air à l’intérieur des maisons écologiques. L’utilisation des matériaux non toxiques diminue les risques sur la santé des occupants. La santé et le bien-être sont une préoccupation majeure qui pousse de nombreux propriétaires à opter pour ce type de matériaux.

Performance énergétique : c’est la pierre angulaire qui caractérise une maison durable. Elle va chercher à réduire ses consommations d’énergie. Les habitations écologiques ont donc recours à une isolation performante, des énergies renouvelables utilisant le soleil ou le vent, des énergies alternatives et des systèmes de récupération.

Le développement durable : faire le choix d’une maison écologique qui respecte les normes environnementales suppose que l’on réduise l’impact sur l’environnement et de la biodiversité avec des matériaux d’origine naturelle et peu transformés.

La revente : une maison écologique sur le marché de l’immobilier est bien plus valorisante qu’une maison classique compte tenu de son label « vert » et de ses performances.

Toutefois, la maison écologique présente quelques inconvénients qui ralentissent encore son utilisation par de nombreux propriétaires. Parmi ces inconvénients, on peut citer :

Le coût élevé des maisons durables : les matériaux de construction bien qu’ils soient naturels, le recours aux systèmes d’énergie renouvelable, de récupération d’eau, l’isolation, les travaux à entreprendre, demande des compétences et des coûts plus élevés. Et selon les cas, il faut prévoir un budget global supérieur de 10 à 15% sur la construction. Néanmoins, ce coût est amorti après plusieurs années dues à la faible consommation d’énergie et la durabilité des matériaux.

Le choix d’un terrain compatible : il n’est pas toujours facile de trouver un terrain qui respecte les caractéristiques exigées, comme l’orientation aux rayons du soleil et des distances respectables avec le voisinage pour éviter les ombrages.

La difficulté de trouver un constructeur avec de réelles compétences en matière d’écologie et qui puisse répondre à toutes vos attentes. C’est également l’une des raisons pour lesquelles la facture des maisons durables coûte si chère.

L’environnement dans lequel nous vivons à un impact considérable sur notre bien-être d’autant plus que nous passons 80 % de notre temps à l’intérieur des bâtiments. Une maison écologique est par conséquent une habitation saine qui va améliorer notre humeur et préserver notre santé, réduire notre consommation énergétique et augmenter la sensation de confort et de cadre de vie. Faire le choix d’une maison écologique, c’est investir sur le long terme !

Photos de maisons écologiques

Maison écologique en bois Maison écologique avec des panneaux solaires Maison écologique à la montagne Maison écologique en bois Maison écologique avec de l'herbe sur le toit Maison écologique en forêt Maison écologique

Autres photos de maisons écologiques